Sigue el blog por EMAIL. Seguir por EMAIL

jueves, 12 de mayo de 2016

Marseille.-Six mois de prison avec sursis pour l’enseignant juif accusé d’avoir inventé son agression


Sylvain Tsion Saadounn, le 19 novembre 2015 à Marseille.

Le tribunal correctionnel de Marseille a condamné, jeudi 12 mai, à six mois de prison avec sursis pour dénonciation mensongère un enseignant juif qui avait déposé plainte pour une tentative de meurtre à caractère antisémite.

Le 18 novembre 2015, soit cinq jours après les attentats de Paris et Saint-Denis, Sylvain Saadoun, 57 ans, professeur d’histoire-géographie dans l’un des plus importants établissements scolaires juifs de Marseille, avait affirmé avoir été agressé par deux jeunes garçons circulant sur un scooter rouge alors qu’il se rendait à la synagogue.
Lire :   Un enseignant jugé à Marseille pour « dénonciation mensongère » d’une agression antisémite
Après avoir été questionné − « Tu es juif ou tu es musulman ? », Sylvain Saadoun assurait avoir été jeté à terre, l’un de ses agresseurs lui exhibant une photo de Mohamed Merah sur son portable, l’autre ouvrant son blouson pour laisser entrevoir un tee-shirt aux insignes de Daech. « Sale juif, sale porc ! On va te taillader puis t’achever », l’auraient-ils menacé.
Alors que cette agression avait eu un fort retentissement, les enquêteurs, eux, doutaient très rapidement de sa réalité, malgré la présence sur le corps de l’enseignant de dizaines de petites plaies très superficielles allant de deux à vingt centimètres localisées sur la moitié du corps antérieur gauche, sachant que M. Saadoun est droitier. « On aurait dit du raclage », avait indiqué un marin-pompier. Un de ses collègues ajoutait même : « Ça me rappelle ce que se font les gamins incarcérés à l’établissement pénitentiaire pour mineurs, sauf qu’eux, ils le font de manière plus profonde. »

L’enseignant maintient sa version

Devant le tribunal, l’enseignant a maintenu la thèse de son agression. « J’ai été réellement agressé, je ne vois pas l’intérêt de m’automutiler. Je ne cherchais pas àfaire du buzz. » Unanimement décrit comme « performant et très apprécié des élèves et de ses collègues », il s’est borné à quelques déclarations de principe alors que la présidente du tribunal, Paule Colombani, lui a opposé une série d’expertises, de photos et de certificats médicaux « pas du tout raccord avec [sa] version ».
En effet, un expert avait prudemment conclu que les entailles, les traces de sang sur les vêtements ne correspondaient pas aux plaies. La magistrate s’est également étonnée de « ces égratignures alors qu’[il] décri[t] deux individus extrêmement déterminés qui veulent [le] tuer ».
Avant de requérir six mois de prison avec sursis, le procureur André Ribes a lui aussi pointé ce caractère « paradoxal » du récit de l’enseignant : « On a d’un côté une violence verbale  ils auraient dit : “On va te torturer sale juif” −, et de l’autre, une précision quasi chirurgicale pour ne pas faire trop mal. » Selon l’accusation, le couple était en passe de se séparer et cette auto-agression visait à récupérer son épouse, « un peu comme les gosses qui pensent : si j’ai mal à la tête, maman va s’occuper de moi ».
Ce mobile éloigné d’une volonté d’instrumentaliser le contexte des attentats a conduit le procureur à requérir le maximum de la peine encourue mais entièrement assortie du sursis. C’est sur la base des « nombreux doutes qui subsistent » que Me Karine Sabbah a tenté d’obtenir la relaxe de Sylvain Saadoun dont l’état de choc, le sentiment d’avoir échappé à la mort, avaient été aussitôt décrits par le passant lui ayant porté secours et par les premiers médecins. Les couteaux n’ont pas été retrouvés, des plaies ont été observées sur le dos…
« On en était aux prémices. Ils voulaient le torturer doucement, doucement, et si une voiture n’était pas passée à ce moment-là, les mettant en fuite, on ne sait pas ce qui se serait passé », a indiqué l’avocate. Se décrivant lui-même comme très pratiquant, Sylvain Saadoun a fait valoir l’interdiction formelle de s’automutiler et même de se tatouer : « C’est extrêmement grave dans le judaïsme, jamais je n’aurais pensé faire une chose pareille. » Près de deux mois plus tard, dans un autre quartier de Marseille, un adolescent turc d’origine kurde radicalisé frappait avec une machette un enseignant juif dans la rue. Affirmant avoir agi « au nom de Daech », il s’était dit « très fier » de son acte, lors de sa garde à vue, et avait même « regretté que sa victime ne soit pas morte ». Il a été mis en examen pour tentative d’assassinat aggravée en relation avec une entreprise terroriste et écroué.
Publicar un comentario